IMPACT

IMpatto Portuale su aree marine protette: Azioni Cooperative Transfrontaliere

Retour

La modélisation du Consorzio LaMMA pour le projet IMPACT

23 janvier 2020

Le Consorzio LaMMA (Laboratorio di Monitoraggio e Modellistica Ambientale per lo sviluppo sostenibile), créé en 1997 par le CNR et la Regione Toscana, adopte la même stratégie de modélisation que les autres partenaires du projet IMPACT. Il participe aux activités d'élargissement et amélioration du réseau transfrontalier de systèmes radar HF et à la modélisation océanographique et lagrangien.                

Le Consorzio LaMMA contribue à renforcer le réseau radar HF, grâce à la gestion de trois antennes installées à proximité de San Vincenzo, l'Accademia Navale di Livorno et l'Île du Tino. Il est donc possible de surveiller constamment les courants marins dans la vaste zone de l'Archipel toscan et du Mer de Ligurie.

Les données recueillies sont utilisées pour le calibrage et validation de modèles hydrodynamique et pour l'étude de pattern hydrodynamique de la zone transfrontalière.

La chaîne de modèles hydrodynamique est capable de tracer et analyser le matériel transporté par le courant: en effet elle a été créée avec l'objectif d'estimer la probabilité que les contaminés émis dans une zone portuaire ont de migrer vers une aire marine protégée.

Le Consorzio LaMMA a réalisé un étude sur l'interaction entre le port de Livourne et l'AMP  de Meloria. Il prévoit trois modèles hydrodynamique avec des résolutions croissantes de 1 km, 400m et 50m, capables de fournir des informations sur les courants, la température, la densité et les niveaux de la mer, pour des zones plus restreintes, pendant que la résolution augmente.

Le champ de courant tridimensionnel (fourni par le modèle à résolution 400m) a permis la réalisation des simulations de Lagrange. Ils prévoient d'émettre périodiquement des particules dans la zone portuaire et de tracer constamment leur parcours, grâce au mécanisme de transport déterminé par les courants.

Les données obtenues ont permis la réalisation de cartes de distance océanographique, après les opérations de post-processing. La distance océanographique s'entend comme l'estimation du temps minimal d'un polluant pour rejoindre une certaine position, à partir du port.

La première analyse a montré que la plupart du transport, dû aux courants, se produit dans le sens longitudinal à la côte; il semble moins affecter l'AMP de la Meloria.