SEDITERRA

Lignes Directrices pour le traitement durable des sédiments de dragage de l'aire Marittimo

Objectifs

Principaux objectifs du projet SEDITERRA:

- Étendre au territoire Marittimo (Italie/France) les réflexions sur :

  • La gestion terrestre des sédiments de dragage non-immergeables – en France
  • La gestion marine des sédiments de dragage (par évaluation de l’écotoxicité marine) – en Italie

 

Tester et mettre en œuvre des solutions de pré-traitement et traitements sur les sédiments dragués

- Créer un centre de R&D en méditerranée (zone R&D du CPEM ENVISAN à la Seyne/mer)

- Promouvoir la production d’éco-matériaux issus de la gestion des sédiments et ainsi suivre les objectifs définis dans la stratégie Europe 2020 (Réalisation d’essais pilotes de valorisation des sédiments dragués (béton ; remblai ; matériaux routiers ; etc.) – suivi (en conditions contrôlées) des performances environnementales et géotechniques sur 1an

- Elargir un processus de capitalisation par un échange de bonnes pratiques et une appropriation à l’échelle transfrontalière (site https://sediterra.net/fr/)

- Harmoniser la gestion des sédiments de dragage à l’échelle transfrontalière France/Italie

- Développer les Lignes directrices pour le traitement durable des sédiments de dragage de l’Aire Marittimo


Mots clés :


- Transfrontalier : Échanges de bonnes pratiques par le partage des solutions testées localement et analyse des possibilités de réplication selon les potentialités des autres territoires.

- Spécificité : Les sédiments méditerranéens présentent des caractéristiques spécifiques qui ne peuvent être traitées que dans le cadre d’un projet associant les acteurs de ce territoire. À titre d’exemple la présence de fibres de Posidonies dans les déblais dragués pour laquelle très peu d’études ont été réalisées.

- Complémentarité : les modalités de gestions mises en œuvre dans les 2 pays partenaires sont complémentaires. En France les études pilotes sur la gestion à terre sont nombreuses et les connaissances produites ont permis d’identifier des scenarii. En Italie, les connaissances sur la gestion aquatique sont plus poussées et l’impact sur l’environnement marin mieux pris en compte dans la réglementation.

- Capitalisation : les données produites viendront compléter celles déjà capitalisées sur le site https://sediterra.net/fr/